Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

¤ Sook' Book ¤

 

1234933_514544888636449_385852721_n-copie-2.jpg1723332_833051093378304_754166609_n---Copie---Copie---Copie.jpg1970780_833051060044974_1574089731_n---Copie---Copie---Copi.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



¤ J'y suis aussi ¤

 

  logoA

logo-facebook

twitter-logo-feb-2011logo liv[1]logo_babelio.jpg

logo-goodreads.jpgbadge-03-125x70.png5240 logo-en5e37-31746logo-mybooxlogo-libflybis

 

 

 

Archives

¤ Lecture actuelle ¤

   couv42514533

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

       

¤ Blog partenaire ¤

banniecc80re4

¤ Challenges ¤

challe14-copie-1Organisé par  Adora  sur Livraddict !   

 

10372281_10202967092396315_804181456251654259_n.jpg

Organisé par Séverine sur Facebook  !

~ 2/12 ~

 

 

 

 ¤ Mon Harem ¤

 

 

Night Huntress by Jeaniene Frost The Hunger Games by Suzanne Collins Twilight by Stephenie Meyer The Vampire Diaries by L.J. Smith House of Night by P.C. Cast & Kristin Cast Delirium by Lauren Oliver

 

Eric-Northman-alexander-skarsgard-8828253-1152-864-copie-1

   

 

8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 16:00

couv53885127.jpgRésumé :

Quand il voit débarquer dans son cabinet la ravissante, mais ô combien extravagante Gabrielle Géris, Adrien de Bérail est loin d’imaginer qu’il se laissera convaincre de l’embaucher comme baby-sitter. Veuf et très accaparé par son métier d’avocat, il lui faut de toute urgence une personne capable de prendre soin de ses deux chérubins, Paul et Sophie, tout juste âgés de neuf ans. C’est donc en dépit de ce que lui crie la raison qu’il accepte sa folle candidature.
Une personnalité audacieuse et un toupet incroyable pour un petit mètre soixante sur talons… Qui sait ? La jeune femme pourrait bien se révéler être la perle rare…

 

 

- Editeur : J'ai Lu
- Sorti le : 5 mars 2014
- Collection :
Semi-poche sent 

- Broché : 413 pages

 

Mon avis :

Je remercie les Editions J'ai Lu pour m'avoir permis de retrouver une auteure que j'aime beaucoup. Pas fan de la première heure, mais j'ai quand même testé ces deux autres sagas fantastiques que j'ai beaucoup aimé. J'avais donc hâte de la retrouver sur une romance contemporaine et la couverture est tout simplement sublime tout comme son contenu d'ailleurs... J'annonce la couleur c'est un gros coup de cœur !

images-copie-1
Nous sommes ici dans les rues de Paris et plus précisément dans la peau de Gabrielle, une jeune trentenaire à la recherche d'un emploi qui n'a plus rien à voir avec ce qu'elle aime tant : l'archéologie. Cette jeune femme est complètement farfelue, sure d'elle, a du caractère et de l'humour, mais surtout elle est d'une gentillesse à toutes épreuves. Bon je ne préciserai pas qu'une fois encore ce genre d'héroïne est bien entendu sublime, avec une plastique parfaite et qui ne dépasse pas le mètre soixante-cinq. Mince à la fin je vais finir par complexée... Bref le genre de nana qu'on aimerait toutes être ! Je me suis très vite attachée à ce petit bout de femme, plein de vie et de fraîcheur. On entre vite dans le vif du sujet et le ton est rapidement donné quand elle rencontre son possible futur employeur Adrien de Bérail. Un homme magnifique, mais avec un caractère de chien ! Et pour cause beaucoup de responsabilités avec ses enfants à gérer, ses employés et des soucis par-dessus la tête.
Et le comportement totalement loufoque de Gabrielle a le don de l'agacer profondément, ce n'est pas pour autant qu'il ne l'embauche pas comme nurse... Impossible de comprendre sa décision, il se fait à l'idée qu'une autre femme que sa chère et tendre va vivre sous le même toit que lui. Elle a le don pour se mettre dans des situations embarrassantes et pour faire tout un tas de gaffes qui le mettent dans une rage folle, mais... Qui pourrait bien lui être bénéfique !


76370d46.jpg

Gabrielle est le souffle de vie qu'il lui fallait pour reprendre le cour de la sienne. Ses enfants l'adorent et dieu sait comme ils peuvent être difficiles à vivre ! Les employés de maison sont tout simplement adorables avec elle et son cadre familial l'est tout autant : des frères et des parents aimants, le tout avec vue sur la mer. On peut vraiment dire que Gabi a une vie qu'on envie, elle a tout pour être heureuse, sauf peut-être un homme fiable pour partager sa vie ? De Bérail est compliqué et pénible, mais sexy en diable à n'en pas douter ! Y'a pas à dire tout est réunie pour que je passe un merveilleux moment en leur compagnie. Ce qui fut le cas, même si au début j'ai plus rigolé qu'autre chose, j'avalais les pages avec légèreté sans vraiment me sentir concernée, d'autant plus que les enfants ne sont vraiment pas mon truc. Et pourtant... Un déclencheur a fait que je me suis prise au jeu et à partir de là il m'était difficile de lâcher le livre sans penser constamment à eux. La sauce avait pris j'étais conquise par tout ce petit monde, je me sentais chez moi.



La plume de Sophie Jomain a le don de nous faire aimer ce que l'on n'aime pas particulièrement. Elle a un style bien à elle, qui est fluide et surtout très addictif ! Je serai volontiers restée un peu plus longtemps dans les bras d'Adrien et de tout ce petit monde. Chacun des personnages apportent une fraîcheur et un bien être étonnant, dommage que dans la vraie vie ce genre de personnes n'existent pas. Il y a aussi quelques références très drôles notamment sur une pub Orangina et la vache qui rit (je devrais peut-être essayer de la manger de la même manière que Gabi d'ailleurs...).


°•°• - Tu es boxeur ? Cascadeur ? Tu t'es battu ? Pourquoi tu as le nez cassé ? Ça fait mal ? On t'a opéré ? Moi, j'ai été opérée une fois et je n'ai rien senti du tout et j'étais sous ecstasy générale ! •°•°

 

En somme j'ai passé un merveilleux moment de lecture qui me ferait presque aimer les enfants, c'est pour dire. La fougue et les réparties de Gabi m'encouragent à faire de même une fois que j'aurai atteint le même stade de confiance en moi qu'elle. On en ressort toute émue d'une telle lecture, comme à mon habitude je n'ai pas pu m'empêcher de verser une petite larme à de nombreuses reprises. Mais, maintenant que je sais qu'il n'y aura pas trop à attendre pour les retrouver un peu je suis plus qu'impatiente ! Je ne me suis pas attardée plus que ça sur le sujet, mais Sophie Jomain a su appréhender la maladie et le deuil d'une manière tellement simple que le message est bien passé sans pour autant en faire un drama. La vie est courte, il faut en profiter presque autant que Gabi !

 

Il va de soi que je vous recommande fortement ce petit bijoux, qui je vous l'assure vous changera la vie et vous donnera une autre vision du monde.

Ma petite note : 5 étoiles noires coeur

 

heart-87---Copie-copie-1.jpg

 

Merci encore à eux :

LogoJAILU RVB WEB


Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 23:00

couv12374253.jpgRésumé :
A l'automne 2008, sur la côte dublinoise, Addie tente de donner du sens à sa vie tout en s'efforçant de prendre soin de son père acariâtre. La rencontre avec Bruno, qui a quitté son Amérique natale pour rechercher les racines de sa famille, bouleverse son univers fragile. Alors que rien ne semblait les rapprocher, Bruno et Addie vont vivre une merveilleuse idylle. Jusqu'à ce qu'une terrible nouvelle les mette à l'épreuve...
Imprégné du charme irlandais, Ca finit comme ça est une histoire d'amour inoubliable, au dénouement inattendu.
 

 

 

 

 

- Broché : 394 pages
- Editeur :
JC Lattès

- Paru le : 30 octobre 2013
- Collection :
Petite collection Lattès

 

 

Mon avis :

Je tiens à remercier mon contact des  Editions JC Lattès pour cet envoi surprise, un livre que je n'aurais pas forcément lu de moi-même. Je suis donc partie à la recherche d'un peu d'humanité familiale en Irlande !


Ici nous suivons principalement Addie, une femme de trente-huit ans, qui se cherche un peu tant professionnellement que sentimentalement. Elle adore par-dessus tout la natation et pratique ce sport dès qu'elle en a l'occasion ce qui lui permet de s'évader et de ne plus penser à tous ses soucis. Depuis peu elle a pris une petite chienne avec qui elle partage son quotidien, elle est très présente dans la vie d'Addie et a un rôle majeur sur son moral. Elle se retrouve « coincée » pour une durée indéterminée dans la maison familiale avec son père dont elle a la charge le temps qu'il se remette de sa mésaventure et que ses deux plâtres aux poignets soient enlevés. Pour ce chirurgien au caractère bien trempé ce n'est pas facile d'accepter d'être à la charge de quelqu'un et encore moins de sa propre fille, cela fait partie des nombreuses humiliations qu'il subie en ce moment. En parallèle on suit Bruno, américain d'une cinquantaine d'année qui débarque dans son Irlande natale, promesse qu'il avait fait à son père sur son lit de mort des années auparavant. Bruno est à la recherche de ses origines et plus précisément de ses ancêtres éloignés ou non. Le destin va donc les réunir, deux cousins éloignés attirés l'un par l'autre d'une drôle de manière puisque l'amour fou ne transpire pas par tout leurs pores. J'ai trouvé cela un peu décevant, car je m'attendais a une bien belle histoire d'amour tout deux à la conquête de leur arbre généalogique.


On suit par intermittence, la grande sœur d’Addie avec sa nombreuse famille et son mari aimant, j’ai trouvé cette dernière égoïste par bien des côtés d’ailleurs. Car quand le malheur frappe à leur porte elle se soucie un peu trop de ce qu’elle va devenir, c’est une drôle de façon de montrer ses sentiments je trouve. En fait c’est une histoire assez banale, une famille pleine de secrets que l’on découvre peu à peu à travers eux, avec énormément de non-dits ce qui m’a un peu agacé…


On s'installe dans une sorte de routine, une fois la relation Addie/Bruno posée, on se balade sur la côte irlandaise avec la petite chienne, on va nager un peu, on s'occupe du papa d'Addie et on découvre petit à petit dans quelle situation il s'est mis. On écoute Bruno déblatérer sur la politique et sur la possible élection d'Obama, ainsi que ses incessantes recherches pour remplir son arbre généalogique. Rien de bien folichon, j'avoue que cette lecture a été une véritable déception, je me suis très souvent ennuyée et je me suis demandée ce qu'était le but de tout ceci. Il ne se passe rien, les personnes sont peu attachants, ils sont chacun ancrés dans leur petite vie avec leur souci plus ou moins futile et c'est seulement quand la maladie frappe qu'on découvre les vrais visages des personnes qui nous entourent. Mais, ils n'en deviennent pas pour autant plus attachant, à par Addie qui est le personnage phare de cette histoire. Je me suis sentie proche d'elle par certains côtés notamment avec sa passion pour la natation, malheureusement je ne pratique pas ce sport aussi souvent et spontanément qu'elle. Elle est très touchante et quelque part sa tristesse et sa mélancolie ont fait que je l'ai un peu prise en pitié. En revanche, son indépendance face à Bruno et à ce qu'elle vit personnellement m'ont un peu dépassé, car certaines de ses décisions m'ont paru injuste. Elle croit avoir les pleins pouvoirs en réagissant comme cela, moi ça m'a surtout rendu triste. J'ai d'ailleurs versé ma petite larme à la fin.


En somme, une histoire quelconque et sans grand intérêt à mon sens. A moins que je ne l’ai lu trop tôt pour en savourer pleinement son contenu…


Ma petite note : 2 étoiles et demi noires

 

Merci encore à eux :

ZxMf38RRpo6PDveqkCQ5tEuoqFo

 

Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 11:00

couv49141238-copie-1Résumé :
Depuis dix ans, Emma, Rudy, Lee et Isabel sont liées par une amitié indéfectible. Esprit, humour et compassion sont les armes qui permettent aux Quatre Grâces de résister à tous les tracas de la vie, ce qui ne les empêche pas de se cacher des secrets parfois...
Jusqu'au jour où survient une épreuve à laquelle elles n'étaient pas préparées. Quand le destin frappe, c'est tout le groupe qui est touché. Les Grâces sauront-elles surmonter, chacune à sa façon, cette crise sans précédent ?

 

- Broché: 400 pages 
- Editeur :
CHARLESTON EDITIONS (10 juin 2013)
- Collection :
GRANDS ROMANS

 

Mon avis :

Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les Editions Charleston, pour ce partenariat, qui m'a permis de changer complètement de style. Ce livre m'attirait beaucoup aux vues de la quatrième de couverture et des quelques avis très positifs que j'ai pu lire. Mais malheureusement pour moi ce ne fut pas mon cas, je suis loin d'être aussi enthousiaste et je vais vous expliquer pourquoi...


On suit nos quatre Grâces : Emma, Rudy, Isabelle et Lee toutes âgées de plus de quarante ans, elles se connaissent maintenant depuis dix ans. Dix ans d'amitié sincère, de rudes épreuves, de joie intense, de peine. Elles ont su rester soudé à travers le temps et on découvre peu à peu leurs liens d'amitié, comment elles se sont connues, pourquoi et comment Lee a eu l'idée de créer ce groupe. Tout au long du livre on a le droit à des petites anecdotes sur ce que chacune a vécu dans sa vie privée, entre leur vie de couple, leur vie professionnelle on a le droit aux regards de chacune à travers leur folle aventure. On découvre très rapidement pourquoi ce surnom de groupe : Les grâces, ce qui m'a bien plu. Le livre est « coupé en quatre » chaque nouveau chapitre on le vit à travers l'une d'elle. J'ai trouvé cela très déroutant au début, j'ai eu énormément de mal à ne pas les confondre à bien situer qui et qui et qui a vécu quoi. Et puis je m'y suis faite, mais je n'ai pas pour autant été plus transportée que ça par l'histoire.


Je m'attendais à quelque chose de frais de léger, sans prise de tête, un peu comme les « Desperate housewives » la déception fut cuisante... Je ne me suis pas du tout sentie concernée par leurs histoires, on aborde la vie de femmes de 40/50 ans, elles ont déjà vécu un bon bout de chemin et cela m'a rendu triste et nostalgique. Car ce roman nous rappelle que la vie est courte, qu'elle passe bien trop vite, qu'il faut en quelque sorte la vivre comme si on allait mourir demain, car plus tard il ne reste de la place que pour les regrets de certains de nos agissements ou de certaines décisions prises. Et puis il y a la maladie, la mort... Abordé ici avec pas mal de détails déchirants et effrayants ! J'ai été très touchée par les 100 dernières pages de ce roman et je vais garder en tête cela pour ne pas avoir qu'un mauvais ressentiment. Mais je peux vous dire que même si j'ai eu du mal à l'apprécier à ça juste valeur, ça reste quand même une belle histoire, avec une belle leçon de vie. Je suis ressortie de ce livre en pleure et déprimée, mais j'ai pu comprendre certaines choses, comme par exemple l'amitié qui est parfois bien plus importante et solide que l'amour. La frontière entre les deux reste mince, mais elle reste bien plus forte !


Je suis passée par tout un tas d'émotions contradictoires tout au long de ma lecture entre l'ennuie profond, la tristesse, la déprime de me voir vivre les mêmes choses à leurs âges, la joie, l'émerveillement, l'attachement, l'énervement pour certaines réactions qu'elles ont pu avoir les unes envers les autres, puis l'étonnement... J'ai été chamboulée c'est certain ! Et malgré tout, je n'ai pas été transportée plus que ça. J'attendais autre chose aux vues de l'engouement général, cependant c'est un livre que je recommande si vous aimez le genre de roman où l'amitié est plus forte que tout, dans n'importe quelles circonstances.


Ma petite note : 3 étoiles noires

 

Merci encore à eux :

 CharlestonIzibook

masse critique


 

Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 09:30

Gayle-Forman-couverture-def

Résumé :
Allyson « Loulou » Healey, sage Américaine, rencontre Willem de Ruiter, acteur hollandais ténébreux lors d’une représentation théâtrale en Angleterre. Une étincelle se produit. Elle le suit alors à Paris où ils vont passer une journée inoubliable. Mais, le lendemain matin, quand elle se réveille, Willem a disparu.
Allyson commence alors un long voyage afin de guérir de son premier chagrin d’amour, se libérer de ses chaînes et, un jour, retrouver l’amour.

 

Peut-on tomber amoureux en seulement un jour ?
Un voyage vers la connaissance de soi-même et le grand amour.

 

- Broché: 428 pages
- Editeur :
KERO (25 février 2013)
- Langue :
Français

 

Mon avis :

Avant toute chose je tiens à remercier Myboox et les Editions Kero pour m'avoir retenu pour ce magnifique partenariat. J'ai découvert l'auteure avec Les coeurs fêlés que j'ai beaucoup aimé ! Alors, vous imaginez bien que j'ai sauté sur l'occasion pour découvrir son nouveau roman quand un « appel aux lecteurs » a été lancé !

 

Et par chance me voilà parti à l'aventure avec Ashley ou plutôt devrais-je dire Loulou ? Jeune femme de dix-huit ans, qui a une vie bien rangée où sa mère se charge de tout organiser pour elle allant jusqu'à choisir ses vêtements, décider des cours qu'elle devra suivre à l'université, son futur métier etc... Elle semble malgré tout se plaire dans sa petite vie bien rangée. Mais lors d'un voyage de trois semaines en Europe avec sa meilleure amie Mélanie, elle rencontre Willem dans une file d'attente pour aller voir une représentation d'une pièce de Shakespeare dans un théâtre de Londres. Ce dernier distribue tranquillement des flyers pour une autre représentation de Shakespeare ce soir même dans une rue en plein air. Elles vont s'y rendre et découvrir la beauté de cette pièce jouée pas des amateurs passionnés. Dans ce roman il est beaucoup question de Shakespeare, on tourne pas mal autour de ses pièces et ça m'a permis d'en découvrir quelques-unes, bien que ce sont des classiques.

 

Ce n'est que le lendemain qu'elle va avoir de nouveau un contact avec le fameux Willem, il va lui proposer sur le quai de la gare de se rendre avec lui à Paris, simplement pour une journée. Ashley y voit là une invitation à l'aventure, à changer le temps d'une journée, partir sans se soucier de ce qui va advenir avec ce bel inconnu. Et j'ai eu un immense plaisir à badiner dans les rues de Paris avec eux, ils ont rendu ce voyage exceptionnel et magique ! Bien que Willem ne soit pas aussi attachant que notre Loulou (rôle qu'elle a pris le temps de cette journée), car on ne sait pas réellement ce qu'il pense et on ne sait jamais sur quel pied danser avec ce mystérieux Hollandais ! J'ai quand même passé un excellent moment de lecture, Loulou/Ashley m'ont agréablement surprise et le changement qui s'opère chez cette jeune femme est époustouflant !

 

Ajoutons à tout cela les personnes qu'elle rencontre durant tout son parcours depuis cette fameuse journée. Elle a évolué, mais décide quand même de le retrouver pour avoir le fin mot de l'histoire sur leur petite escapade et le but de tout ceci. Son aventure donnerait presque envie de croire que l'espèce humaine n'est pas si mauvaise que ça après tout et qu'il peut réellement avoir des personnes de cœur avec une générosité sans faille. J'ai de nombreuse fois était surprise et la façon dont Ashley mène sa propre barque pour atteindre son but et voir comment tout cela lui réussit de simplement s'ouvrir aux autres et se prendre en main donne de l'espoir et donne à réfléchir aussi. Ce livre est une belle leçon de vie ! Une petite merveille à dégusté avec un bon macaron issus tout droit d'une pâtisserie de Paris, j'ai adoré cette petite promesse d'ailleurs... Je n'en dirais pas plus, mais ce livre est truffé de petites histoires toutes plus émouvantes les unes que les autres. Ashley est attachante, touchante et adorable ! Le genre de personne qu'on aimerait connaître et garder précieusement dans ses amies proches. Il n'est pas difficile de s'identifier à elle, même si mon parcourt est complètement différent du sien. Sur certains points je me suis joint à elle cependant.

 

Pour résumer j'ai passé un excellent moment, j'ai voyagé à Paris, en Hollande, à Londres et j'ai adoré ! Je crois même que le « virus de Willem » m'a touché, car j'ai très envie de passer quelques jours dans notre belle capitale et de me perdre volontairement rien que pour apprécier ce que les « accidents de la vie » pourraient me faire découvrir. Cela dit, ce n'est pas un coup de coeur simplement parce que j'ai trouvé qu'au début de la deuxième partie du bouquin, on tombe dans une monotonie triste et un peu longue. Les phases d'un chagrin d'amour si l'on peut appeler cela ainsi, il y a aussi son changement de vie à l'université et ses nouvelles connaissances qui m'ont paru légèrement ennuyeuses. Mais fort heureusement l'histoire s'enchaîne et on ne voit pas défiler les pages une fois que son aventure personnelle commence. Il me tarde de découvrir la suite qui sortira à la rentrée 2013 pour découvrir ce que Willem a fait de son côté.

 


°•°• Sous l'identité de Loulou, j'ai pris conscience que jusque-là, j'avais vécu dans une pièce minuscule sans porte ni fenêtres. Sans que cela me perturbe. J'étais heureuse, même. Du moins, je le croyais. Et puis quelqu'un est arrivé et m'a montré qu'il y avait une porte dans cette pièce. Une porte que je n'avais encore jamais vue. Il l'a ouverte et il m'a tenue par la main pendant que je la franchissais. Et j'ai passé un jour merveilleux de l'autre côté de cette porte. J'étais ailleurs. J'étais quelqu'un d'autre. Et puis lui a disparu et maintenant je suis de retour dans ma petite pièce. Incapable de retrouver cette porte, malgré tous mes efforts. •°•°

 

Ma petite note : 4 étoiles et demi noires

 

Merci encore à eux :

logo-myboox.jpg

logo-editions-kero.jpg

Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 11:30

a+toi+pour+l'éternité

Résumé :


Par hasard, Judith rencontre Hannes dans un supermarché. Quelques jours plus tard, il entre dans sa boutique de luminaires. Hannes est architecte, il est craquant, le gendre dont rêve toute belle-mère. Les amies de Judith tombent sous le charme.
Alors pourquoi Judith n'arrive-t-elle pas à se laisser aller et à profiter de l'occasion ?


- Relié: 264 pages
- Editeur :
Grasset (2 mai 2013)
- Collection :
Littérature Etrangère

 

Mon avis :

Je tiens à remercier chaleureusement les Editions Grasset pour m’avoir permis de découvrir très rapidement le nouveau roman de Daniel Glattauer. L’auteur de Quand Souffle le Vent du Nord et de La Septième Vague dont j’ai eu de gros gros coups de coeur pour ses personnages : Emmi et Leo. C’est donc avec un immense plaisir que je me suis plongée de nouveau dans ses écrits, dans une histoire pas du tout épistolaire et pas aussi romantique que peut le laisser penser la quatrième de couverture… Et pourtant je peux déjà vous dire qu’une fois de plus j’ai adoré un roman de cet auteur !


Ici on suit Judith une jeune femme de 37 ans, épanouie et heureuse dans son célibat, elle travaille à son compte dans une boutique de luminaire avec une petite stagiaire, Bianca. Jusque-là tout va bien, elle mène une vie paisible, elle a un petit groupe d’amis sur qui elle peut compter, sa famille à proximité. Entre réunions de famille pour les grandes occasions et les soirées souvent alcoolisées avec ses amis, son travail qu’elle aime, ses soirées au bar seule ou avec d’autres collègues et sa solitude qu’elle commence tout juste à apprécier (malgré certains matins où elle aimerait ne pas être seule sous sa couette). Judith est une jeune femme stable et heureuse. Jusqu’au jour où complètement par hasard elle se fait marcher sur le pied dans un supermarché par un homme tout à fait charmant. Très vite l’homme en question, Hannes va s’intéresser à elle et va chercher à la revoir, d’abord dans sa boutique puis ensuite devant un café. Judith tient à ce que les choses aillent lentement entre eux, afin qu’elle se fasse désirer et qu’elle apprécie leurs petits moments passés ensemble une fois la solitude de son appartement retrouvé. Oui mais Hannes en veut toujours plus, s’arrange pour la voir de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps. Une fois les présentations avec les amis de Judith faites, Hannes va tenter de s’inviter dans les réunions de famille, de se faire encore plus présent dans sa vie qu’il ne l’est déjà. Et surtout organise toujours tout avant elle, elle n’a pas le temps de souffler que tout est déjà fait et elle n’a plus qu’à accepter (assez souvent à contre cœur, car elle voit bien que ce n’est pas ce dont elle a envie, elle).

Visiblement les sentiments d’Hannes pour Judith ne sont pas partagés et cette relation va très vite être nocive pour elle. Elle va tenter par tous les moyens de le faire sortir de sa vie, car elle s’en veut de le faire souffrir et ne peut tout simplement plus jouer la comédie. Mais malheureusement pour elle, il semblerait qu’elle soit tombée sur « un cas exceptionnel », il feint de comprendre, cherche à la déstabiliser, allant même jusqu’à la harceler et l’effrayer. Si bien que Judith va finir par perdre complètement pied, car Hannes à une longueur d’avance sur elle comme à chaque fois ! Ce pauvre homme s’est attiré la sympathie des amis et de la famille de Judith, il y a de quoi devenir complètement folle non ? Surtout qu’on ne peut absolument rien lui reprocher, il est aimant, attentionné, à son service… Elle se sent impuissante, abattue, malheureuse, affaiblie et devient complètement parano. Elle va même finir par se convaincre que c’est elle qui a un problème après un séjour en hôpital psychiatrique…


En somme j’ai eu un immense plaisir à retrouver la plume de l’auteur, j’adore sa façon d’analyser les choses, de décortiquer les phrases comme il le fait en leur donnant un autre sens ou une autre interprétation. Au départ je me disais « pauvre Judith elle se prend bien la tête pour rien » et puis je me suis rappelée que j’avais déjà vu ça dans ses précédents romans, c’est ce qui fait son style si particulier que j’aime tant. Cependant avec ce roman il m’a beaucoup surprise, je ne m’attendais pas du tout à ça comme genre d’histoire, plutôt à une belle histoire d’amour bien compliquée. Effectivement elle fut compliquée, pour ça j’ai été servie, mais elle n’était pas très belle. Je ne souhaite à personne de vivre ce que Judith a vécu, il a mis tellement de force dans ses écrits que je suis parvenue à en avoir mal au ventre pour elle. Ce qui est sûr c’est que l’auteur fait partie de mes chouchous ! De ceux qui vous savez, savent vous toucher et retenir votre attention un long moment. Son style est très visuel et on a vraiment l’impression de vivre l’histoire. Et là c’est une histoire que je ne suis pas prête d’oublier et une chose est sûre  je relirai bien volontiers ce livre ! En tout cas je vous le recommande chaudement ! J’ai donc été une fois de plus conquise et j’ai passé un très agréable moment avec cette histoire hallucinante qui fut un gros coup de cœur !

 

°•°• Elle avait peur de perdre son charme à ses yeux, peur qu'il ne se lasse bientôt d'elle, de sa façon de se retourner et des expressions de son visage, qu'il ne sache plus quelles fleurs lui offrir, quelle nouvelle lui annoncer par petits mots ou par mail, quel compliment lui faire, quelles expressions choisir pour lui souhaiter "bonne journée" ou "bonne nuit" par sms. •°•°


Ma petite note : 5 étoiles noires Coup de coeur

·    ¤ Note perso : La couverture est très particulière je vous l’accorde… Mais elle reflète parfaitement bien le roman !

 

Merci encore à eux :

Bandeau.jpg

 

Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 14:30

9782266206952

Résumé :
Giacomo rencontre la fille du tramway un matin d'hiver, alors qu'il se rend dans sa petite imprimerie. Pendant deux mois, il la croise tous les jours sur cette même ligne. Il ne lui parle pas, non, il n'ose pas. Un matin, elle lui propose un café. Giacomo exulte, mais cette euphorie est de courte durée car la jeune femme lui annonce qu'elle part s'installer à New York. Et son départ ne tarde pas à laisser un grand vide. N'y tenant plus, il décide de la rejoindre. Michela est sous le charme et pour que la magie continue d'opérer, elle lui propose un petit jeu, des fiançailles « à durée déterminée ». Neuf jours, le temps du séjour de Giacomo, pendant lesquels ils seront libres de s'aimer, sans peur de l'engagement. Le soir du neuvième jour, ils se verront pour la dernière fois…

 

- Poche: 315 pages
- Editeur :
Pocket (7 avril 2011)
- Collection :
Litterature

 

Mon avis :

Une nouvelle petite Lecture Commune avec Yumi et me voilà embarqué dans la découverte de ce joli petit livre. Je l'ai découvert en flânant dans les rayons d'une grande surface et la couverte m'a tout de suite attirée sans parler de la quatrième de couverture qui m'a achevée ! Je pensais tomber sur un livre tout doux, plein d'amour et beaucoup de tendresse, ce fût le cas dans un sens, mais j'avoue avoir été assez mitigée tout le long de ma lecture. Un coup j'adorais, un coup je trouvais l'histoire très moyenne et je déteste quand ça fait ça. C'est donc moyennement satisfaite que je vous présente mon avis.


Me voilà dans la peau d'un homme, Giacomo, jeune trentenaire italien, associé à la tête d'une entreprise d'imprimerie. A noter que c'était une expérience très agréable. On suit ses habitudes de vie et on rencontre sa meilleure amie Sylvia et au fur et à mesure que l'on avance dans le roman Giacomo nous fait voyager dans son passé avec des multitudes de petites anecdotes sur son enfance, la relation qu'il entretient avec sa grand-mère, le divorce de ses parents, les relations qu'il a en général avec les femmes. Et on y découvre pourquoi il a tant de mal à se lier aux femmes, aux personnes qui l'entourent, la peur de s'engager prend un tout autre chemin avec ses idéaux et ses façons de penser assez particulières et compliquées. Et bien que tout ceci soit utile à l'histoire j'avoue que certaines anecdotes m'ont ennuyée surtout quand on sent que l'histoire d'amour commence à devenir intéressante et à titiller un peu trop ma curiosité. En parallèle, mais toujours dans la peau de Giacomo on fait la connaissance de la jolie femme du tramway, qu'il voit tous les matins depuis deux mois. Elle l'obsède sans qu'il en comprenne les raisons. Ils ne se sont jamais parlé, mais ne se prive pas pour ce couver du regard dès qu'ils sont certains que l'autre ne peut pas le voir. Le moindre fait et geste de la belle Michela fascine Giacomo. Une sorte de relation commence entre eux sans qu'ils l'aient vraiment décidé en fin de compte, car ce n'est que de l'attirance physique pure et simple pour l'instant.

 


°•°• Je suis revenu à Minetta Street. Par terre, j'ai trouvé une paire de baiser à nous. Je les ai ramassés et les ai glissés dans la poche de ma veste. Ce soir, fais-moi penser à te les rendre.•°•°


Jusqu'au jour où il y a « contact » Michela prend les devants et lui propose de prendre un café, leurs échanges se font simplement bien que Giacomo semble très tendu et peu confiant en lui. Il perd tout espoir quand elle lui apprend que c'était le dernier matin qu'elle prenait le tramway « avec lui » et qu'elle part s'installer à l'autre bout du globe, à New York pour son boulot. S'ensuit le « au revoir » définitif ? Hum pas sûr ! On va avoir droit à quelques passages assez creux où Giacomo s'interroge, échange de long dialogue avec son ami Sylvia, pour enfin se décider à partir à l'aventure et retrouver Michela. Là-bas il va y vivre la plus extraordinaire des expériences, je ne vous en dis pas plus. Mais, mon petit cœur a été mis à rude épreuve et j'avais tellement peur de la tournure que prendrait les choses que j'ai finalement lue les deux dernières pages histoire de me rassurer ! J'ai versé ma petite larme en lisant la fin d'ailleurs, car elle m'a bien plus émue que leur histoire aussi peu commune soit elle en fin de compte.


En parlant de leur histoire j'avoue qu'elle m'a beaucoup fait réfléchir sur la durée de vie d'un coupe de nos jours et ça fait un petit peu peur, car si on vivait nos histoires d'amour comme celle de Giacomo et Michela peut-être qu'elles auraient une durée de vie bien plus longue ? En tout cas je médite là-dessus depuis ma lecture. Pour découvrir de quoi il s'agit et bien je ne peux que vous conseiller de découvrir ce petit livre qui au final même si je m'attendais à autre chose, m'a bien plus.


Ma petite note : 3 étoiles noires-copie-1


Je vous invite à découvrir l’avis de ma copinaute Yumi.

 

 

Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 09:00

518ZlqHaeYL

Résumé :
Une pétillante jeune femme en quête d elle-même,
Un perroquet au sens de l à-propos déconcertant,
Une vieille voiture bringuebalante...
Tous en route pour Hollywood !

Cette fois, la coupe est pleine ! À 25 ans, Maeve est sur le point de craquer. Alors qu elle vient de perdre son job, ses parents ont décidé de lui couper les vivres pour l aider à se prendre en charge...
Ni une ni deux, Maeve, accompagnée de son perroquet Oliver, part refaire sa vie à Hollywood. Mais c est compter sans le destin qui s acharne. En pleine traversée des États-Unis, sa voiture rend l âme au milieu de nulle part. Voici Maeve coincée avec son perroquet, loin des siens, loin de son rêve, dans une petite ville perdue du fin fond de l Arizona. Petite ville perdue certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve ne tarde pas à le découvrir... Au point de renoncer à rejoindre la mythique Hollywood ? 

- Broché: 416 pages
- Editeur : Oh ! Editions (1 mars 2012)
- Langue :
Français

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier les Oh ! Editions et Livraddict pour m’avoir permis de faire une si jolie découverte.
J’ai eu un peu de mal à me mettre dans l’histoire, comprendre les réactions et les idées de Maeve a été un peu difficile, car je ne comprenais pas vraiment le but de tout ça. Et passé les quatre vingt dix premières pages, il y a eu le déclic et j’ai su à ce moment précis que j’allais adorer ce roman.


Maeve est une jeune femme de vingt cinq ans, pleine de vie, avec des idées et des habitudes assez farfelues, si bien qu’au début je me suis demandée si ce n’était pas tout simplement une personne hypocondriaque et superficielle… Il se trouve que pas du tout et j’ai été agréablement surprise une fois que j’ai appris à la connaître un peu mieux. Elle est très attachante à telle point que l’on aimerait tous avoir une Maeve comme meilleure amie. Et pourtant elle ne fait rien pour l’être… Elle essaie de vivre au mieux sa vie, d'atteindre le but qu’elle s’est fixée afin de prouver à ses parents qu’elle peu y arriver dans la vie, qu’elle se prend enfin en main et surtout qu’elle n’est plus « la pauvre Maeve d’avant ».


Et nous voilà parti à l’aventure pour Los Angeles, avec quelques provisions, du matériel de camping, son perroquet Oliver, le tout dans sa voiture surnommée Elsie. Sans trop savoir pourquoi cette destination, bien que l’on sait qu’elle a sa meilleure amie d’enfance qui y habite et que Maeve aimerait participer au grand marathon. En faite, pendant une bonne partie du roman, on s’amuse à la suivre dans son épopée, à vivre les rencontres qu’elle y fait, à se délecter de ses réparties et ses sarcasmes bien trempés ! D’ailleurs celles d’Oliver sont pas mal non plus. Meve avance tranquillement vers sa destination final quand Elsie décide de tomber en panne une bonne fois pour toute. Elle n’a d’autre choix que de séjourner quelques temps à « Coin perdu », le temps qu’un garagiste s’occupe de sa voiture et qu’elle puisse le payer. C’est à peu près à ce moment-là que je suis tombée amoureuse de ce roman.


Ce petit village est tout simplement merveilleux. Là-bas elle y découvre des personnages hauts en couleurs, adorables, serviables, avec des cœurs énormes et chacun à leur manière ils ont réussi à avoir une relation privilégiée avec Maeve. Elle va d’ailleurs à sa grande surprise se rendre compte qu’elle considère ces gens-là comme sa famille. Elle y trouve rapidement un endroit où dormir et un travail dans une librairie avec May, une collègue de boulot adorable, et Noah, un patron craquant. Que demander de mieux ? J’ai très vite adoré tout ce petit monde et me suis fait à son nouveau quotidien. Je m’attendais à ce que l’on rentre dans une sorte de routine et pas du tout, Maeve est pleine de rebondissements, cette merveilleuse jeune femme aux chaussettes montantes et colorées a su m’émerveiller sur la vie. Et je dois dire que je vois pas mal de choses différemment. C’est une femme indépendante et je l’admire beaucoup pour cela, sans parler qu’elle a de la suite dans les idées quand elle veut vraiment quelque chose. Je me rappelle qu’une fois ma lecture finie, je me suis dis un peu après : « Maeve ferait quoi dans ce genre de situation ? » Pour dire à quel point ce roman a eu un impact sur ma vie.


Derrière cette épopée rocambolesque il y a une leçon de fond à retenir qui est de toujours sourire à la vie quoi qu’il arrive. D’éviter de se prendre la tête pour des bêtises, il y a des choses bien plus graves qui pourraient nous arriver et surtout SURTOUT toujours faire en sorte de se donner les moyens d’arriver au but que l’on se donne chaque jour. Je pense qu’après avoir lu ça, vous aurez compris que cet ouvrage est un énorme coup de cœur et je compte bien faire partager le livre à un maximum de monde.

Ma petite note : 5 étoiles noires gros coup de coeur

Je remercie une nouvelle fois :

logo liv[1]

71368826 p

 

J'ai aussi eu la chance de lire ce livre avec une copinaute : Aidoku, je vous invite à aller lire son avis : IcI !

Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 09:00

03E8000003494122-photo-le-plus-bel-endroit-du-monde-est-ici

Résumé :
Iris a trente-six ans et des idées noires plein la tête. Ses deux parents viennent de mourir dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d'un café auquel elle n'avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, "Le plus bel endroit du monde est ici", éveille sa curiosité. À l'intérieur, il ne reste qu'une table libre, l'homme derrière le comptoir l'invite à s'y asseoir. Sans trop savoir pourquoi, Iris se laisse guider et fait bientôt une rencontre touchante, inoubliable, magique… Il s'appelle Luca, il est italien et, pendant six jours d'affilée, ils vont se retrouver dans cet endroit hors du temps, loin des soucis du quotidien. Petit à petit, Iris retrouve le sourire. Mais l'après-midi du septième jour, Luca ne réapparaît pas. Iris comprend qu'il ne reviendra plus mais, surtout, qu'il lui a ouvert une porte dont elle ne soupçonnait pas l'existence : celle du bonheur.


"Le plus bel endroit du monde est ici", huit petits mots qui vont tout changer, sa vision du monde, sa vie et peut-être la vôtre…


♦ Paru le 9 septembre 2010 ♦

Mon avis :

Au premier abord j'ai été attirée par la couverture de ce livre qui, il faut bien le dire est magnifique ♥ et la quatrième de couverture m'a confirmé que je devais absolument lire ce livre parce que sinon j'avais le sentiment de passer à côté de quelques choses.

Me voilà complètement plonger dans ce joli petit livre, très poignant. Je peux dors et déjà vous dire que c'est GROS coup de cœur.

A travers l'histoire d'Iris on a droit à différentes « pistes » pour apprendre à découvrir le bonheur et à saisir l'instant présent. Car c'est vrai qu'en y réfléchissant bien les instants présents sont rares tout du moins on n'y prête pas beaucoup attention, on a tendance à se projeter dans le futur et à ressassé le passé.

°•°• On ne peut comprendre la vie qu’en regardant en arrière, mais on ne peut la vivre qu’en regardant vers l’avant. °•°•

Je me suis complètement retrouvée dans le personnage d'Iris, une jeune femme de 36 ans qui ne sait pas ce qu'est de vivre SA vis, qui a tendance depuis toujours à vivre pour les autres. Depuis la mort récente et brutal de ses parents, Iris se sent complètement perdu et dépassé par tout ce qui lui arrive. Elle se rend compte qu'elle n'a pas « vécu », qu'elle n'a pas eu de vraies histoires d'amour, à part un amour de jeunesse platonique... Elle n'a jamais eu de véritables amis. Et demeure toujours dans l'appartement familial et fait un travail qui l'horripile de plus en plus. Iris cherche un sens à sa vie et tente tant bien que mal à chasser toutes les idées noires qui l'assaillent. C'est alors qu'un jour où elle s'apprêtait à commettre l'irréparable, elle va découvrir un café au nom particulièrement long pensa-t-elle : Le plus bel endroit du monde est ici.

Elle va y faire une étrange rencontre et va vite devenir de plus en plus intrigué par le bel inconnu. Il l'accueille chaque jour au café à une table différente avec une tasse de chocolat chaud. Chaque tables correspondent à un sujet à aborder aujourd'hui, comme « la table du pardon... », par exemple. Cet homme est très intriguant tout comme le propriétaire du café le dit « magicien », dont on ne sait rien du tout, mais qui a une citation à tout ce qu'Iris traverse dans sa vie. A croire que les anges gardiens existent en fin de compte...

 

•°•° Au lieu de te lamenter que cela soit terminé, réjouis-toi que cela soit arrivé. °•°•

Et comme j'ai voulu rentrer encore plus dans ce petit bijou ♥, j'ai tenté une expérience qui était vraiment exceptionnelle. Je suis allée boire un chocolat chaud dans un bar et j'ai lu quelques pages de ce livre. Inutile de vous dire qu'à ce moment-là j'étais Iris, j'étais dans ce café et je me posais les mêmes questions qu'elle. C'est une petite expérience à tenter, surtout avec ce livre. Donc je pense que vous savez ce qui vous reste à faire si cet ouvrage vous tente.

Photos-0123


J’ai eu le plaisir de partager cette lecture avec Otiz, n’hésitez pas à aller découvrir son impression.

Ma petite note : 5 étoiles noires coup de coeur

Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 09:00

homme

Résumé :
Ceci est l'histoire de Kay Bartholdi, un roman par lettres comme on en écrivait au 18ème siècle. UN inconnu écrit à Kay, libraire à Fécamp, pour lui commander des livres.
Au fil des lettres, le ton devient moins officiel, plus inquisiteur, plus tendre aussi.
Kay et Jonathan parlent de leurs lectures, certes, mais entament un vrai dialogue amoureux. Ils se font des scènes, des confidences, s'engagent peu à peu dans une relation que Kay, hantée par le souvenir d'une déchirure ancienne, s'efforce de repousser...
Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es et comment tu aimes...semble dire ce roman de Katherine Pancol, auteur, entre autres, d'Embrassez-moi, J'étais là avant ou Les yeux jaunes des crocodiles.

♦ Paru le 3 mars 2004 ♦

Mon avis :
Nostalgique d'Emmi et Leo (Quand souffle le vent du nord et de La septième vague), j'ai voulu y remédier avec un nouveau roman épistolaire. Et je me rends compte que j'adore ça presque autant que mon genre favori, la bit-lit. De plus avec ce petit livre j'ai pu découvrir l'auteur dont j'entends beaucoup parlais Katherine Pancol.

C'est donc rempli de joie que j'ai tournée la première page de ce roman. Les deux premières pages du roman est narré par Josepha, une voisine et amie de notre Kay Bartholdi, jeune femme de 32 ans, qui semble accablé par la vie. Et dont elle va avoir de l'intérêt pour un homme, un client qu'elle a raté le jour où il a passé commande dans sa petite librairie de Fecamp. Son employé lui a fourni une adresse où joindre ce monsieur pour ses commandes de livres, car il cherche des livres bien précis, dans des éditions bien précises. Un dialogue très riche en littérature va commencer à s'installer entre eux, ils vont citer des passages des romans qu'ils ont appréciés, se faire envie, se conseiller sur tel ou tel livre.

Il lui fait de jolies compliments sur sa petite librairie au bord de la mer de Fecamp et décide d'en faire son « point d'encrage », tant le cadre lui a plu. Leur échange par lettre postale va durer presque un an sans jamais qu'ils ne se parlent au téléphone, ni ne se voit. Lui, Jonathan un américain, voyage beaucoup pour son travail, il doit récolter des informations pour son patron afin de faire un guide touristique des plus beaux coins de France. Il reçoit les lettres de Kay d'hôtel en hôtel... Leurs échanges devient petit à petit plus porté sur la confidence concernant des petites choses qui tracasse l'un ou l'autre dans leurs vies personnelles et professionnelles. Il lui décrit les hôtels et les coins où il se trouve, elle lui décrit sa petite chambrette au-dessus de sa librairie, face à la mer, à la lueur du phare des bateaux qui la réveillent si souvent la nuit, la réconfortant.

Puis arrive le dénouement, trop vite, trop blessant, il m'a foudroyé. Je suis passée par tous les sentiments possibles, eu de nombreuses boules au ventre quand je commençais à comprendre, j'en aie voulus à l'auteur de faire vivre à Kay de telles choses. Elle qui est si petite et menu, fragile petite brune sur son vélo rouge tout rouillait, pédalant en peignoir de bain, pour le premier bain du matin dans la mer... Une fin un peu décevante et triste, une petite larme est tombée en tournant la dernière page du livre, la vie est si injuste !!! Alors, pour me remettre de tout ça j'ai préféré voir les choses du bon côté et me dire que c'est mieux ainsi pour Kay, pour son bonheur et son bien être. Je l'imagine très bien dans sa chambrette entourée de ses romans, sur son lit, rêveuse...

Mais heureusement pour elle, elle est bien entourée il y a son employé Nathalie qui s'occupe aussi de la partie « salon de thé » de la librairie; ainsi que Josepha et Laurent, qui tiennent le restaurant de fruit de mer juste à côté de la librairie. Un entourage qui nous met tout de suite dans une ambiance confortable pour déguster ce roman, la mer, les bateaux, les livres, les amis... Ce livre est un petit bijou, certes vraiment triste est dure par moment, mais les petits riens qui rendent Kay heureuse font beaucoup réfléchir aux petites choses que nous avons et dont on ne se préoccupe même plus à force de les avoir sous nos yeux.

Je suis ressortie tout retourné de cette lecture et je vous le conseille vraiment, c'est un livre à lire !!! Il est un peu court, mais on s'y sent tellement bien une fois plongé dedans, que c'est que du bonheur.

Ma petite note : 4 étoiles et demi noires




Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 09:00

66571274Résumé :
« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins
conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…

- Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité ».

♦ Paru le 13 janvier 2011 ♦

Mon avis :

Une proposition de Lecture Commune à Otiz et hop la machine est en route pour découvrir ce fameux livre dont j’entends beaucoup (trop) de bien. Et bien sûr je m’attendais vraiment à quelque chose d’exceptionnel et donc déception…

 Tout commence avec la rencontre, un peu rapide, de Nathalie et François. Ils se sont tout de suite plu, se sont tout de suite aimés, se sont mariés, vivaient le parfait amour (presque trop parfait). Jusqu'au jour où tout va être détruis un dimanche après-midi. Nathalie va se retrouver seule et va découvrir les différentes étapes du deuil... Elle va apprendre à continuer à vivre sans lui,  à vivre sans leurs projets.

Elle va enchaîner les journées au bureau, s'investir le plus possible dans son travail, avec un patron détestable, tellement insistant, tellement égoïste pour le désir qu'il ressent pour elle. Il s'avère qu'il va se passer quelque chose auquel ni elle ni l'une des personnages qu'elle a sa charges, Markus, vont s'attendre. Trois ans après le drame Nathalie va se sentir revivre avec Markus, ce drôle de personnages, aux répliques et au comportement si étonnant et imprévisible. C'est justement ce qu'il lui faut et elle va petit à petit se laisser aller pour vivre de nouveau. Un petit point m'a beaucoup agacé la beauté de Nathalie, l'auteur insiste et insiste encore pour nous montrer que Nathalie est le genre de femme que tous les hommes regardent, qu'elle est la féminité incarner, mais au final il me fut impossible de l'imaginer vraiment puisqu'il ne la décrit pas. Très déroutant...

C'est un roman assez simple au final et rapide à lire. J'ai passé un bon moment, mais sans plus, j'ai été très déçue en fait, je m'attendais à tout autre chose. A une jolie histoire d'amour sans souffrance, sans tristesse. Vivre la découverte de l'un et l'autre au fur et à mesure du roman. Et bien non !!!!! Au lieu de ça tout se passe très vite... Puis hop je me retrouve avec les larmes aux yeux et me demande comment va se dérouler le roman maintenant, ce qui va se passer pour Nathalie... Comment va t-elle vivre sa relation avec Markus qui est si délicat...
J'en ressors très mitigé.


Venez découvrir l'avis d'Otiz,
IcI

  Ma petite note : 3 étoiles et demi noires

 

Repost 0
Published by Sook' - dans Contemporaine
commenter cet article